Accueil

LA PÉDAGOGIE ACTIVE, POURQUOI NE PAS ESSAYER?

Les styles d'apprentissage

Réal Petitclerc, enseignant au Cégep Limoilou

Dans le dernier bulletin, je vous ai présenté une perspective différente du métier d’enseignant. Du rôle de transmetteur d’information à celui d’un coach ou d’un accompagnateur, la façon d’aborder notre pratique est bien différente, et ce, autant pour les apprenants que pour l’enseignant. Dans ce dernier bulletin, je vous ai présenté quatre dimensions qui ont le plus influencé mon choix d’adopter une pédagogie ou les apprenants sont plus actifs. Ce nombre n’est pas limitatif, il y a bien d’autres dimensions à considérer, mais je me vais me limiter à celles qui m’ont permis de modifier mon approche. À noter que l’ordre de présentation n’est pas le reflet du niveau d’importance de la dimension. En fait, je ne saurais dire laquelle aura été la plus importante car elles s’imbriquent toutes pour former un tout indissoluble.

Première dimension : Les styles d’apprentissage

Lorsque j’ai débuté dans l’enseignement, je n’avais aucune formation en pédagogie. Mes débuts ont été inspirés de mes propres expériences personnelles d’étudiant et j’ai reproduit les comportements d’enseignant de qui la stratégie pédagogique m’avais permis de bien construire mes apprentissages, tout en essayant d’éviter les comportements qui me répugnaient, toujours comme apprenant. Autrement dit, je reproduisais ce qui m’avait permis d’apprendre, en fonction de mon propre style d’apprentissage. Ainsi, certains concepts, pourtant simples à mes yeux, étaient bien compris par certains élèves, alors que pour d’autres, c’était pire que du chinois !

Il m’a fallu un certain temps pour réaliser que nous n’apprenons pas tous de la même façon. Ce qui fonctionne pour un certain nombre ne fonctionne pas pour tous. Ainsi, les élèves qui avaient de la difficulté à assimiler les concepts que je considérais « faciles à apprendre » avaient un profil d’apprenant différent du mien. De ce fait, ma façon d’apprendre, qui avait influencé ma façon d’enseigner ne leur convenait tout simplement pas et ils étaient perdus. En fait, des études menées dans le domaine de l’enseignement démontrent que je n’ai pas été le seul à adopter cette stratégie et la plupart des enseignants adoptent un style d’enseignement basé sur leur propre style d’apprentissage.

David Kolb est un éducateur qui a beaucoup contribué à l’étude des styles d’apprentissage et c’est celui qui m’a le plus éclairé. En s’inspirant de la physionomie du cerveau (hémisphères droit et gauche, lobes avant et arrière, il a tenté d’établir un parallèle entre les méthodes d’apprentissage et le cerveau. Ses études ont permis d’affirmer que les individus ont plusieurs façons d’apprendre, mais qu’ils apprennent mieux avec une approche en particulier et qu’ils ont aussi tendance à privilégier un mode d’apprentissage.

Ses études l’ont emmené à identifier quatre styles d’apprentissage (voir graphique ci-dessous).

Tableau présentant le répertoire des styles d'apprentissage

Avant même d’analyser individuellement chacune des quatre catégories, il convient d’analyser ce graphique. Notez que l’axe de gauche se distingue par une « expérimentation active » alors que l’axe du haut par une « expérience concrète ». Nous pouvons déjà conclure que la pédagogie active rejoint « par définition » trois apprenants sur quatre, soit 75% des apprenants. Le mode « transmission » du savoir, pour sa part ne rejoint que 25% des apprenants, soit le type « Assimilateur ».

Certes, il est possible de rejoindre l’ensemble de nos élèves par un mode de transmission aussi bien que par un mode de pédagogie active en diversifiant nos méthodes d’enseigne­ment, mais il sera plus facile de diversifier en partant d’un principe de pédagogie active que du mode transmission.

Le style accommodateur (ou manipulateur) :

La personne de cette catégorie apprend principalement en exécutant des tâches concrètes. Il aime bien être au cœur des activités d’apprentissage et aime prendre des risques. Il privilégiera la méthode de l’essai / erreur à la déduction logique. Notons enfin son côté pratico-pratique.

Les activités qui favoriseront son apprentissage sont :

  • La pédagogie par les jeux;
  • Les jeux de rôles;
  • Activités et exercices en petit groupes (incluant la technique du groupe nominal);
  • Les échanges de commentaires et les débats d’idées.

Le style divergent (ou observateur) : 

Le divergent est un être imaginatif à l’esprit ouvert. Il possède un très bon sens de l’observation et peut percevoir les situations sous divers angles ou perspectives. L’innovation le motive au plus haut point et il excelle dans les activités de création comme le remue-méninge. Enfin, les liens humains et les sentiments ont une importance capitale à ses yeux.

Les activités qui favoriseront son apprentissage sont :

  • La pédagogie par les jeux (en diversifiant les jeux);
  • Les jeux de rôles (diversifiés);
  • Les échanges de commentaires et les débats d’idées.
  • Les explications individuelles ou cours particuliers;
  • Les exercices d’observation;
  • Faire des synthèses et tirer des conclusions.

Le style convergent (ou penseur-expérimentateur) :

Le convergent raisonne par déduction et est très logique. Il adore résoudre des problèmes et prendre des décisions. Il sera plus à l’aise dans l’exécution de tâches et la mise en pratique que dans les échanges de commen­taires et les débats d’idées.

Les activités qui favoriseront son apprentissage sont :

  • Les travaux et projets individuels autogérés;
  • Les études de cas et les simulations;
  • Les périodes d’études dédiées à la réalisation de travaux.

Le style assimilateur (ou conceptualisateur):

L’assimilateur est très patient et est très centré sur la théorie. Il organise de façon logique les informations reçues et préfère réfléchir sur les concepts plutôt que de passer en mode pratique.

Les activités qui favoriseront son apprentissage sont :

  • Les cours théoriques traditionnels;
  • Les activités de lecture;
  • Les présentations multimédias axées sur la théorie et les concepts.

Notez qu’un apprenant est rarement influencé par un seul style d’apprentissage. Il peut se situer en intersection de deux, trois ou même des quatre styles, mais il y aura généralement une tendance qui sera identifiable. Dans le cas d’un élève qui serait à l’aise dans tous les styles, on parlerait d’un apprenant universel. Un élève qui serait performant dans toutes les situations.

En conclusion, si vous réussissez à construire une activité pédagogique qui permet de rendre vos élèves actifs et que vous mettez à leur disposition une diversité de ressources pour les aider à réaliser le projet, il y a de fortes probabilités que votre élève respecte son propre style d’apprentissage et qu’il organise ses activités apprentissage de la façon qui lui convient le mieux. Il s’agit d’une pédagogie plus motivante autant pour les apprenants que pour les enseignants et vous vous découvrirez un volet créatif souvent caché par des présentations théoriques traditionnelles. L’essayer, c’est l’adopter !

 

.../Lire les autres articles de cette série

Association professionnelle des professeurs et professeures d'administration au collégial