accueil

Les contenus de cours 
dans un programme technique au collégial :
des choix raisonnés

Photo de Nicole BizierDeuxième d’une série de trois articles


Par NICOLE BIZIER, conseillère pédagogique du Cégep de Sherbrooke

 

1. La situation professionnelle

Une situation professionnelle est constituée d’une ou de plusieurs activités clés prescrites et à réaliser (geste à poser, décision à prendre) et à laquelle sont reliées un ensemble de critères de réalisation souhaitables (en considérant, en appliquant, en utilisant…) (Le Boterf, 2006) dans un contexte donné, selon la profession, dont le cadre d’intervention est soumis à des finalités, des enjeux et des valeurs propres (Raisky, 1993). Par exemple : analyser l’information en considérant l’ensemble de la situation et les différentes sources d’information.

Une situation professionnelle ce n’est pas un contenu de cours, mais bien une situation telle qu’elle se présente sur le marché du travail incluant tout le contexte dans lequel se déroule cette situation, c’est-à-dire, sa finalité, ses enjeux, ses valeurs, les actes ou les décisions qui devront être prises pour la gérer adéquatement et les ressources essentielles sur lesquelles se fondent les décisions et les actions qui seront prises et effectuées. La figure qui suit illustre le contenu d’une situation professionnelle. Elle a été développée par deux philosophes, professeurs et chercheurs, Raisky et Loncle, qui voulaient trouver une façon d’enseigner leur discipline dans des programmes techniques agricoles français. Ils ont repris le triangle didactique, enseignant-étudiant-contenu et en ont précisé le contenu lorsqu’on s’adresse à des programmes techniques.

Ainsi, une situation professionnelle est composée de gestes, d’actes ou de décisions fondées sur des ressources que les auteurs appellent les savoirs scientifiques, techniques et pratiques. La situation professionnelle est orientée vers une finalité ou un but, est soumise à des enjeux et les gestes posés sont appuyés sur des valeurs.

La dynamique qui entoure les ressources n’est pas la même que celle des savoirs disciplinaires. La situation professionnelle est dirigée vers l’action. Toutes les composantes de la situation mènent à l’agir professionnel. Ainsi, les ressources sont contextualisées, c’est-à-dire, qu’elles différent d’un contexte à un autre. Il y a un travail à faire par l’enseignant pour soutenir les étudiants afin qu’ils transfèrent les ressources d’une situation à une autre. Cela ne se fait pas uniquement par ce que l’on a les connaissances. Il y a tout un travail d’analyse et d’interprétation qui doit être exercé chez les étudiants en classe avant même d’être en mesure de le faire en stage. Et même là, l’étudiant aura besoin d’un peu d’aide avant d’être en mesure de le faire seul.

Pour être en mesure de délimiter des contenus essentiels, les enseignants doivent d’abord déterminer les situations typiques de la profession. Le niveau de formation est un facteur qui influe sur le choix des situations professionnelles. Ainsi, les situations choisies pour l’apprentissage des techniciens en génie électrique ne seront pas les mêmes que celles des ingénieurs dans le même domaine. Ce choix doit permettre de déterminer ce qui est le plus courant pour le domaine ou ce qui est transférable d’un contexte à un autre. Les situations ne contiennent pas que des savoirs scientifiques, elles se composent aussi de procédures, de méthodes et d’attitudes qui doivent être mobilisées dans la résolution de la situation.

Une situation professionnelle typique réfère à une situation courante dans un milieu donné, c’est-à-dire, qui est rencontrée souvent dans l’exercice professionnel soit quotidiennement ou régulièrement. C’est une situation qui est soumise au contexte professionnel dans un milieu donné. De plus, le choix des situations professionnelles doit correspondre aux exigences de maîtrise au seuil d’entrée sur le marché du travail.
Une des grandes difficultés associées à ce choix réside dans la grande variété de situations dans lesquelles peuvent se retrouver les finissants à l’entrée sur le marché du travail. Les enseignants ont un travail à faire afin de déterminer les ressources et les processus communs à une famille de situations professionnelles. Ce faisant, ils déterminent ce sur quoi ils doivent insister pour favoriser le transfert des apprentissages.

2. Pourquoi déterminer des familles de situations professionnelles typiques avant de choisir des contenus?

Plusieurs raisons militent en faveur du choix des situations professionnelles :

  • Les programmes d’études ont une durée limitée et ne peuvent contenir toutes les situations professionnelles possibles, il faut déterminer les plus courantes et faire travailler les étudiants à transférer leurs savoirs à d’autres situations;
  • Les savoirs professionnels font partie des situations professionnelles et les savoirs mis en contexte ont un potentiel de rétention beaucoup plus grand que les savoirs détachés de leur contexte, donc plus facilement transférables à d’autres situations professionnelles;
  • Les savoirs professionnels sont le produit de l’intégration de savoirs provenant de divers champs ou disciplines (Raisky, 1996). Ainsi, cela donne vraiment le sens de ces derniers pour les étudiants et exige des stratégies pour les apprendre en situation d’action, et ce, même en classe en essayant de reproduire des exercices le plus proches possibles de la situation professionnelle ;
  • Les savoirs professionnels sont inscrits dans une logique d’action orientée vers des finalités, des enjeux, des valeurs (Raisky, 1996); il faut donc les faire apprendre en mettant les étudiants dans des situations qui renferment ces éléments;
  • Il est plus facile de choisir les savoirs à faire apprendre à partir des situations professionnelles typiques choisies. Cela va donner une signification plus grande aux savoirs à faire apprendre aux étudiants. C’est une garantie de validité. Par la suite, il reste à choisir les situations de formation qui vont s’en rapprocher le plus, afin que les élèves mobilisent une combinaison appropriée de ressources afin de devenir compétents;
  • Les situations de formation doivent s’inspirer de la dynamique des situations professionnelles si l’on veut que les étudiants apprennent à agir; Raisky (1996) dira « elles doivent être organisées selon les mêmes lignes de force; leur logique interne, c’est-à-dire la problématique des enjeux, des valeurs et des finalités qui les déterminent, sera les mêmes ».


Association professionnelle des professeurs et professeures d'administration au collégial