accueil

Les contenus de cours 
dans un programme technique au collégial :
des choix raisonnés

Photo de Nicole BizierPremier d’une série de trois articles


Par NICOLE BIZIER, conseillère pédagogique du Cégep de Sherbrooke

Les savoirs détenus par les professionnels ont des caractéristiques particulières : ils proviennent de plusieurs domaines et sont des savoirs d’action, c’est-à-dire, qu’ils permettent d’agir dans l’action et ils sont propres à chaque situation profession­nelle. En raison de ces caractéristiques,  l’acquisition de compétences professionnelles demande des façons d’ensei­gner et de faire apprendre qui ne sont pas les mêmes que pour les savoirs disciplinaires (chimie, physique, biologie, etc.). Ces derniers sont enseignés dans le but de faire comprendre aux étudiants le regard que la discipline adopte, les mots, les notions qu’elle utilise pour expliquer des phénomènes humains. Il en est tout autrement pour les pro­grammes techniques au collégial. Les compé­tences à faire acquérir sont de l’ordre de l’action, de compétences en lien avec le savoir-agir. Or, la façon de choisir les contenus dans ces programmes d’études doit tenir compte de la nature des compétences à faire acquérir.

Dans ce texte, nous allons d’abord définir la notion de savoirs professionnels et le référent qui lui est associé pour faire le choix des contenus et des stratégies pédagogiques, la situation professionnelle. Nous allons par la suite revenir sur la notion de compétence et faire le lien avec la notion de situation professionnelle et donner des pistes concernant des indicateurs sur lesquels on peut se baser pour faire des choix référencés. Enfin, nous présentons une démarche de choix de contenus de cours à partir de situations professionnelles comme référence.

Les savoirs professionnels

Selon Raisky et Loncle (1993), « Les savoirs professionnels sont constitués en un système complexe de savoirs provenant de différentes sources : des savoirs scientifiques, des savoirs pratiques et des savoirs techniques ». Par exemple, les savoirs professionnels des techniciens en génie mécanique sont composés de savoirs provenant des mathématiques, de la physique, de l’informatique, de techniques et de pratiques liées au génie mécanique. Les savoirs des infirmières proviennent de la biologie, de la psychologie, de la sociologie ainsi que de techniques et de pratiques propres aux soins infirmiers. Selon ces mêmes auteurs, « ces savoirs sont des savoirs inscrits dans une logique d’action, ils sont l’intégration de savoirs divers, ils sont soumis à des facteurs aléatoires et ils s’inscrivent dans une temporalité ». Selon ce que nous venons de préciser, on peut comprendre qu’ils diffèrent des savoirs disciplinaires parce que ces derniers sont orientés vers le regard que porte une discipline sur le monde et tous les concepts qui y sont développés le sont pour mieux comprendre les phénomènes humains.

Quels liens peut-on faire entre savoirs profession­nels et l’acquisition de compétence? Nous allons d’abord définir le terme compétence et ensuite nous allons déterminer les relations qu’ils entretiennent entre eux.

Concept de compétence

Le Boterf fait une distinction entre être compétent et avoir des compétences.

« Être compétent » : c’est d’être capable d’agir et de réussir avec compétences dans un ensemble de situations profes­sion­nelles en utilisant ses ressources. C’est mettre en œuvre une pratique professionnelle pertinente tout en mobilisant une combinatoire appropriée de ressources (savoir, savoir-faire, comportement, raisonnement…). On se réfère au domaine de l’action.

« Avoir des compétences » : c’est avoir des ressources (con­naissances, savoir-faire, méthode de raisonnement, apti­tudes physiques, aptitudes comportementales…) pour agir avec compétences. Le Boterf (2010) Construire les compétences individuelles et collectives, p. 104-105.

On reconnaîtra qu’une personne agit avec compétence si elle :

  • sait combiner et mobiliser un semble de ressources appropriées personnelles (connais­sances, savoir-faire, comportement…) et de son environnement (banques de données, collègues, experts et autres…),
  • pour gérer un ensemble de situations professionnelles,
  • afin de produire des résultats (produits, services) satisfaisant à certains critères de performance pour un destinataire (cliente, patient, usager…). Le Boterf (2006)

Nous pouvons conclure que les ressources dont parle Le Boterf ce sont, pour les programmes techniques, les savoirs professionnels. Mais plus est, il explique que pour être compétent, il faut être capable de les utiliser dans l’action, ce qu’affirment également Raisky et Loncle(1993) lorsqu’ils définissent la situation professionnelle. Cette affirmation a des conséquences importantes sur l’enseigne­ment et l’apprentissage des savoirs professionnels. Ces derniers doivent être acquis en confrontant les étudiants aux situations qu’ils sont le plus susceptibles de rencontrer dans leur vie professionnelle.

Association professionnelle des professeurs et professeures d'administration au collégial